Réduire les déchets et le gaspillage

Comment réduire son empreinte carbone numérique ?

Nous entendons régulièrement qu’il faut réduire son empreinte carbone numérique. Nous vous expliquons pourquoi. L’impact des gaz à effet de serre est désastreux pour le climat à l’échelle de la planète. En effet, les gaz à effet de serre accumulent la chaleur dans les couches basses de l’atmosphère. De nombreuses entreprises ont aujourd’hui envie de réduire leur empreinte écologique. Certaines vont s’orienter vers des énergies renouvelables ou plus propres, d’autres vont réduire leur consommation d’énergie, ou vont s’engager dans une démarche de recyclage pour protéger l’environnement.

Actuellement de nombreux citoyens sont conscients de ce réchauffement climatique et agissent pour limiter le gaspillage et la surconsommation. Chacun peut y trouver son équilibre : réduire sa consommation d’eau et d’électricité, limiter les emballages, diminuer ses trajets, réduire ses déchets, …

Toutefois et malgré nos efforts pour la protection de l’environnement, selon la mission d’information sur l’empreinte environnementale du numérique, d’ici 2040, il y aurait 245 millions de tonnes, équivalent carbone et 7% de ces émissions proviendraient de la France.

70% de l’empreinte carbone en France serait générée par la fabrication de smartphones, tablettes, ordinateurs, … Plus spécifiquement, ce sont les écrans qui ont l’impact environnemental le plus élevé.

Le gouvernement a ainsi promulgué, en novembre 2021, une nouvelle loi pour sensibiliser les établissements publics et les entreprises à prendre en considérable leur empreinte environnementale carbone et agir.

Constat empreinte carbone numérique

Selon l’étude de l’Ademe avec l’ARCEP, la fabrication des produits serait l’étape qui aurait le plus d’impact avec 78% de l’empreinte carbone. Elle est suivie par l’utilisation de ces produits numériques avec 21% de l’empreinte carbone. Les chiffres parlent d’eux-mêmes ; il est primordial de se concentrer sur la durabilité des produits, le réemploi, le reconditionnement et la réparation des produits.

La loi REEN, c’est quoi ?

La loi REEN – Réduction de l’Empreinte Environnementale du Numérique – vise à améliorer les comportements de chacun pour réduire considérablement cette pollution numérique.
Concrètement, il faudrait minimiser l’utilisation des serveurs, le nombre d’appels vers les systèmes et opter pour des standards éco—responsables.

Les Objectifs de la loi REEN pour réduire l’empreinte carbone numérique

La loi REEN s’articule autour de 5 objectifs majeurs :

  • Faire prendre conscience de l’impact environnemental du numérique et ce dès la scolarité,
  • Limiter le renouvellement des appareils numériques en dénonçant le délit d’obsolescence programmée,
  • Favoriser les usages numériques écologiquement vertueux, l’écoconception des services numériques pour fixer les critères de conception durable des sites web dès 2024,
  • Promouvoir des datacenters et des réseaux moins énergivores,
  • Promouvoir une stratégie numérique responsable dans les territoires. Les communes de plus de 50 000 habitants devront proposer une stratégie numérique responsable.

20 millions de tonnes de déchets produits par an sur l’ensemble du cycle de vie, proviennent des services numériques !

Entamer la transition

La sensibilisation de cet enjeu se met en place. En effet, depuis la rentrée de septembre 2022, il existe un module sur l’éco-conception des services numériques, destiné aux ingénieurs en informatique, en France.
Par ailleurs, la BPI France accompagne les entreprises qui souhaitent adopter un comportement plus responsable et entamer une transition écologique et énergétique (TEE). A ce titre, elle s’intègre dans le plan France Relance et notamment le plan Climat qui consacre près de 40 milliards d’euros à ce projet.

Consciente que le changement doit se faire dès le plus jeune âge, la BPI France promeut un programme spécifique : VTE Vert.
Elle reverse une prime de 8 000€ aux 500 premières TPE, PME et ETI qui accueillent un jeune sur des missions à thématique environnementale et adhérant au programme.

Quelques conseils pour améliorer votre empreinte carbone numérique

Prenons en considération dès maintenant le rapport environnement – informatique. Voici quelques conseils :

  • Optez pour des ordinateurs portables
  • Limitez l’envoi de mails et choisir de se déplacer d’un bureau à l’autre
  • Encouragez les trajets plus écologiques comme par exemple, le vélo, les transports en commun, le covoiturage
  • Investissez dans des ampoules à faible consommation
  • Stoppez le lancement automatique des vidéos ou bloquez les vidéos en arrière-plan
  • Réparez plutôt que de racheter
  • Exigez les indicateurs publiés par les datacenters qui récapitulent leurs engagements en faveur de la transition écologique. Ces éléments vous serviront sans doute dans votre politique RSE
  • Choisissez des éditeurs de logiciels comme Info3w qui optimisent les codes de programmation, réduisent la consommation des serveurs et allègent les puces

consommation électrique de la FranceIl y a tant de petits gestes simples qui permettraient de limiter son impact environnemental et d’améiorer son efficacité énergétique… Le télétravail tend-il vers la préservation de l’environnement et l’amélioration de l’empreinte carbone d’une entreprise ? Chacun peut y trouver sa réponse. Mais chacun, à son niveau, peut agir dès aujourd’hui !

475 TWh² c’est la consommation électrique en France en 2020. 10% de cette consommation est générée par les services numériques, soit l’équivalent de plus de 8 millions de foyers français

Source ADEME – BPI- VTE France